Mardi 09 mars
[RE]TROUVAILLES 2021 : Une nouvelle édition d’ESPRITMEUBLE !

Une nouvelle édition d’ESPRITMEUBLE vous accueillera du 20 au 23 novembre 2021 à Porte de Versailles. Après un rendez-vous manqué en 2020 dû à un report nécessaire lié à la crise sanitaire, cette 9e édition 2021 sera marquée par des retrouvailles festives, inspirantes et productives en business. 

Cette édition promet d’ores et déjà de belles retrouvailles, autour de nos exposants, qui ont déjà, à 92%, réaffirmé leur présence pour l’évènement de 2021. Tout comme les acteurs d’ESPRITMEUBLE, nous avons hâte de vous retrouver, autour d’échanges et de découvertes. 

[RE]TROUVAILLES 2021, tel est le thème de cet événement de taille. Selon Gaëtan Ménard, Président d’ESPRITMEUBLE “c’est la perspective festive de rassembler une fois de plus la grande famille du meuble pour développer le business… Mais c’est aussi l’envie et le besoin de présenter, découvrir et partager de nouvelles trouvailles qui font avancer nos métiers. “[RE]-TROUVAILLES“ en donc aussi en deux mots pour une belle place aux innovations ! “

 

Ces [RE]TROUVAILLES, ce sont cinq perspectives, cinq espoirs et de nouveaux horizons pour 2021. 

[RE]ACTIVER le business pour le premier grand point de rencontre après un an et demi de distanciation : la priorité absolue pour tous les acteurs !

[RE]UNIR notre profession pour enfin nous [RE]trouver et [RE]sserrer les liens entre les marques et leurs clients distributeurs… avec le sourire !

[RE]AFFIRMER la prise de parole des marques en dévoilant leurs innovations 2021 en [RE]pondant aux nouveaux usages de la maison (travail à domicile, gain de place…) pour permettre aux consommateurs de se [RE]approprier leur intérieur,

[RE]VELER les innovations ! Quoi de mieux que d’effleurer le meuble, de toucher le tissu ou d’essayer le canapé ou la literie ?

[RE]INVENTER le format du salon au-delà des 4 jours de présence physique pour [RE]créer de la visibilité et de l’interaction entre la marque et ses clients au fil de l’année par l’hybridation d’ESPRITMEUBLE.

 

Rendez-vous au Hall 1 du Parc des Expositions de Paris Porte de Versailles pour vivre et vibrer ensemble au rythme du salon ESPRITMEUBLE. 

À lire aussi …
Entretien avec Patrick Prigent, président de la FNAEM (Fédération du Négoce de l’Ameublement et de l'Équipement de la Maison)
Mardi 09 mars

Après une année 2020 marquée par deux confinements, le bilan est bien meilleur qu’on pouvait le craindre pour le milieu de l’ameublement. Les français ont eu le temps de mesurer leur inconfort, et de prendre conscience de l’importance donnée à leur intérieur. “L’accélération de la digitalisation, une fréquentation accrue des points de vente entre les confinements ont permis d’amortir largement les effets de la crise” explique Patrick Prigent. Entretien avec un spécialiste du secteur. 



 



Quelle est la situation de vos adhérents aujourd'hui ? Connaissent-ils une hausse ou une baisse d'activité ? Quel est actuellement l'état des magasins de meubles ? 



Les magasins d’ameublement ont dû faire face à trois mois de fermeture complète qui ont forcément obéré leur chiffre d’affaires, mais certains ont pu limiter cette baisse par une politique digitale forte, avec la vente en ligne, le click & collect… L’appétence de nos compatriotes pour leur intérieur et leur confort, renforcée par de longues périodes de confinement à domicile, a permis de rattraper, à la réouverture des magasins, une partie du chiffre perdu. La reprise du marché est perturbée par des délais de livraison rallongés et de fortes augmentations du prix de matières premières que nous devons répercuter sur nos prix de vente.



 



Comment se portent les magasins moyens et hauts de gamme ? De quelle façon se sont-ils adaptés et comment s'en sortir aujourd'hui ? 



Pour les magasins moyens et haut de gamme plus encore que pour les autres, voir un produit, le toucher, l’essayer dans le cas d’un salon, d’une literie, est primordial, irremplaçable. La digitalisation, qui a connu une forte accélération, permet pour ceux-là de préparer la vente en magasin, par une présentation, une valorisation, une configuration en ligne des produits. De préparer également la visite du consommateur de façon optimale, par la possibilité de fixer en ligne des rendez-vous en magasin. 2020 aura été synonyme d’une forte accélération de la digitalisation des points de vente, et d’une montée en puissance du modèle phygital alliant magasins et web.



 



Selon vous, quels sont les enjeux de cette nouvelle édition d’ESPRITMEUBLE pour les distributeurs? 



Voilà deux années que nous nous passons de la présentation de nouvelles collections, ou dans des conditions restreintes. La nouveauté est toujours un enjeu important pour dynamiser le marché, les équipes de vente. Mais ESPRITMEUBLE c’est aussi, avant tout, un endroit où nous nous rencontrons, nous échangeons. Cette année je dirais même : où nous nous retrouverons.

3 tendances déco pour 2021 !
Mardi 09 mars

2021 offre son lot de tendances colorées, douces et agréables, pour se concocter un intérieur harmonieux. Que nos journées soient organisées chez nous en télétravail, ou qu’il ressemble à un havre de paix où y passer ses week-ends, une chose est sûre, il est essentiel de s’y sentir bien. 



 



L'indémodable velours



Matière phare du XVe siècle, le velours a réussi son pari de traverser les siècles avec brio. Inventé au Moyen-Âge dans la région du Cachemire en Inde, il connaît ensuite un vif succès en Europe. Depuis, il est parvenu à s’intégrer dans les pièces à vivre, comme au cœur des chambres à coucher. Et en 2021, il s’impose à nouveau, grâce à son tissu haut de gamme à intégrer par touches à sa déco, ou sur des pièces phares comme les canapés et fauteuils. 



 



Le terrazzo et ses couleurs minérales



Au départ, le terrazzo est un matériau de sol composé de plusieurs fragments polis de pierres naturelles, de marbre coloré et de ciment. Il trouve son origine à l’Antiquité, et porte le nom d’un commune italienne de la province de Vérone. Il est également parvenu à traverser les âges, après un franc succès dans les années 20 puis au début des années 90. Aujourd’hui, ce matériau prisé se décline en objets de design comme en touches à parsemer chez soi. 



 



Des meubles avec des courbes pour adoucir son intérieur 



Ce n’est plus un secret, fauteuils et canapés sont les pièces maîtresses d’une pièce à vivre. En 2021, le “Squircle” - mot anglais issu de la combinaison de « square » (carré) et « circle » (rond) - et ses formes arrondies s’impose comme une évidence. Pas seulement à travers ses douces assises, car le “Squircle” peut se décliner à travers étagères, miroirs, tables ou chaises. Le mot d’ordre, vous l’aurez compris, des courbes pour harmoniser son intérieur. 

Quel bilan pour le marché du meuble en 2020 ?
Mardi 09 mars

Les chiffres de 2020 publiés par l’Institut d'études spécialisé sur le marché du meuble et de la décoration (IPEA) ce 9 mars offrent un regard optimiste sur le secteur. La vente de meubles n’a connu en effet une baisse que de 4,8% sur l’année 2020. La situation sanitaire et ses conséquences ont replacé l’habitat au centre des préoccupations des ménages. Malgré deux confinements ainsi que des phénomènes de rupture des stocks et de la chaîne logistique, des matières premières et des industriels en peine de production et donc de livraison qui ont vu les enseignes fermer leurs portes, le secteur est parvenu à limiter les pertes. De surcroît, certains secteurs, comme le jardin, ont connu une hausse, favorisée par un engouement de prendre soin de son extérieur. 



 



Un choix de mobilier plus haut de gamme 



Les périodes de confinement, qui ont contraint les français à passer plus de temps chez eux, ont remis en question leurs besoins en termes de confort d’ameublement. Ainsi, les enseignes de l’ameublement milieu–haut de gamme et les spécialistes profitent de la volonté des ménages de mieux s’équiper, ce qui se traduit par des gains de parts de marché de respectivement 0,4 et 0,9 point. Le prix n’est ainsi plus systématiquement une préoccupation fondamentale des ménages qui cherchent avant tout un produit plus confortable que celui déjà en leur possession . Ces circuits baissent uniquement de 3,2% en 2020 en valeur sur l’exercice mais sont parvenus à enregistrer des croissances à deux chiffres sur ses deux marchés majeurs que sont le meublant et les sièges rembourrés entre les deux périodes de confinement. 



 



Profiter d’un extérieur aménagé 



Pour ceux qui ont la chance de pouvoir bénéficier d’un extérieur - balcon, terrasse ou encore jardin - en profiter à défaut d’être à l’extérieur de chez soi lors des confinements a poussé les consommateurs à aménager cet espace extérieur. Ainsi, le secteur des meubles de jardin est le seul à connaître une hausse sur l’année 2020. Et pas des moindres, avec une augmentation des ventes de 4,2%, ce qui lui permet de passer la barre des 550 millions d’euros de mobilier vendus. Dès le début du premier confinement, les ménages ont donc investi sur ces produits. Certains acteurs de la vente en ligne ont ainsi multiplié leur chiffre d’affaires par plus de deux au cours du mois d’avril. De surcroît, contrairement à d’autres produits, le meuble de jardin n’a pas connu de problématiques de stocks, ces derniers ayant été constitués juste avant le confinement. 



 



Retrouver du confort chez soi 



En passant du temps chez eux, les français ont davantage réalisé l’importance d’y être bien. Profiter d’un intérieur confortable et agréable, en remettant notamment le canapé au centre des besoins de son intérieur. Ainsi, les spécialistes du salon ont enregistré de bons résultats depuis la fin du premier confinement. Comme l’explique le bilan d’IPEA, “comme tous les ans également, le marché aura été un marché à deux vitesses avec de meilleures performances tout au long de l’année des canapés et fauteuils et des résultats plus en retrait de la banquette à laquelle les consommateurs préfèrent maintenant le canapé convertible.” Tout en notant certaines problématiques de stocks rencontrées par certaines enseignes, ce produit étant encore massivement importé. 



 



Le e-commerce se fait une place de choix 



La digitalisation du secteur s’est accélérée avec la fermeture des enseignes, puis la réticence, au départ, de retourner à nouveau en magasin. Les ventes en ligne ont ainsi progressé de plus de 25% en 2020. La literie fait partie de ce marché avec une progression des ventes de 4,8 %. “Les matelas et sommiers étaient déjà parmi les premiers produits meubles vendus en ligne avant les confinements et, pour de nombreux consommateurs, cela n’a pas été un obstacle de ne pas pouvoir se rendre en magasin pour renouveler leur literie” précise l’étude d’IPEA. “Le repère de marque compense le fait d’essayer le produit, tout comme les petits prix pratiqués et souvent barrés proposés en ligne” poursuit l’étude.



 



La digitalisation est en effet l’objectif pour 2021, pour maintenir le lien avec une clientèle de plus en plus portée par ce modèle d’achat. Le digital doit en effet être un levier pour accompagner le consommateur de son projet à sa concrétisation, grâce aux nombreux outils qu’offre le numérique, et qui ont été mis en lumière en 2020.

En 2020, le secteur de la literie tire son épingle du jeu
Mercredi 07 avril

Après un premier bilan publié par l’Institut d'études spécialisé sur le marché du meuble et de la décoration (IPEA) le 9 mars dernier, celui-ci a dévoilé ce 23 mars les chiffres du secteur de la literie. Si, à l’image de nombreux domaines de l’ameublement, la situation sanitaire a rendu le secteur très instable, la literie est parvenue à tirer son épingle du jeu, malgré plusieurs mois de fermeture. Mieux, “les deux premiers mois de l’année 2021 montrent toujours de belles progressions avec une fréquentation soutenue” précise l’étude de l’IPEA. 



Une baisse contenue malgré plusieurs mois de fermeture



Les spécialistes de la literie ont constaté, pour l’année 2020, une baisse limitée de -0,8%. Celle-ci est en effet à souligner, car une diminution de cet ordre ne fait pas partie des habitudes du secteur. Effectivement, le choc le plus important est la baisse des ventes de la literie de la Grande Distribution Ameublement (Ikea, Conforama, But), qui possède une part importante de marché. Cette baisse, de -13,4% s’explique par des fermetures de magasins et des ruptures de stocks. De surcroît, la crise sanitaire a privilégié, pour les ménages, l’aménagement de leur intérieur, sans pour autant mettre un point d’honneur à changer leur literie. Pour ceux dont ça a été le cas, les literies de 160 cm et plus ont été privilégiées, avec près de 40% de ventes de matelas en valeur. 



Pourtant, à l'issue des deux premiers confinements, en juin et décembre dernier, la progression des ventes de literie a connu un pic des ventes de 40%. Comme l’explique l’étude IPEA, “l’année 2020 se termine par une baisse des ventes de -4,8% sur l’ensemble du mobilier et de -7,6% pour les ventes de literie” malgré plusieurs mois de fermeture. Ce sont au total plus de 3,7 millions de matelas qui ont été vendus en 2020 avec, comme le développe l’étude, une nette amélioration du panier moyen.



La digitalisation du secteur se poursuit



Les acteurs du e-commerce ont enregistré les meilleures progressions pour le secteur de la literie sur l’année 2020, avec une évolution des ventes de 4,8%. En tête des ventes en ligne, les matelas et sommiers, qui faisaient déjà partie des produits les plus achetés par les consommateurs sur internet avant la crise sanitaire. Ainsi, ne plus pouvoir se déplacer en magasin, et acheter en ligne sans essayer la literie n’a pas constitué de frein particulier pour les consommateurs. 





Ceux qui résistent le mieux sont les enseignes de l’ameublement milieu-haut de gamme dans ce secteur. L’étude menée par IPEA conclut en effet qu’une « récente étude menée par l’Institut de la Maison - IPEA pour Sofinco Partners montre que le secteur de la literie est bien placé au sein des secteurs de l’habitat sur la digitalisation du parcours d’achat ». De quoi continuer à impulser le domaine, tandis que la crise sanitaire met plus que jamais en lumière un besoin de confort, chez soi.