Mardi 11 mai
Entretien avec Christophe CHENU, Gérant de Blum France

Entreprise familiale, Blum a vu le jour en 1954 en Autriche. Désormais, le multispécialiste compte 8500 collaborateurs, et atteindra bientôt 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Blum est présent dans 120 pays à travers le monde, spécialisé dans la fabrication de charnières, de coulisses, et de solutions pour portes relevables. Une entreprise très spécialisée, avec une gamme peu large mais très profonde. Quant à Blum France, l’antenne existe depuis 1992. Ses 34 collaborateurs ont pour objectifs d’adapter les concepts autrichiens au marché français et d’avoir une proximité physique avec tous ses clients pour répondre au mieux à tous leurs besoins. Entretien avec Christophe Chenu, Gérant de Blum France.

 

Quelles sont vos actualités sur ce début d’année ?

La première actualité de taille est d’arriver à répondre à la demande de nos clients. Le marché est très demandeur puisqu'on est sur des volumes qu’on a jamais vu sur le marché français, avec des augmentations entre 30 et 40% par rapport à 2019 sur l’ensemble des marchés. On essaie de pouvoir répondre à toutes les demandes. 

De fait, on a reporté toutes les commercialisations de nouveaux produits sur 2022 pour se focaliser sur les produits actuels, et pouvoir les livrer en conformité et dans les bons délais. 

Jusqu’à la fin de l’année, on sait que ça va être très soutenu. On a échangé avec des industriels qui ont des carnets de commandes quasiment plein jusqu’au mois d’octobre prochain. C’est bien, mais un peu déroutant, car pour l’instant on ne voit pas de frein à cette suractivité qu’on vit depuis un an, où l’on livre des volumes colossaux chez nos clients. 

De surcroît, nous avions un salon qui devait démarrer le 11 mai, INTERZUM, salon mondial des composants du meuble, qui n’a donc pas eu lieu. Nous l’avons remplacé par “Blum Connect” tout au long de mai et juin, évènement interne sur lequel nos clients peuvent se connecter pour découvrir les nouveautés que Blum va amener sur le marché à partir de 2022. C’est une plateforme digitale qu’on transforme en phygital, en organisant à la fois des rencontres physiques avec nos clients en digital, via teams de manière à les accompagner, à leur expliquer toutes ces nouveautés qui sont en passe d’arriver dans les prochaines années. 

 

Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce nouveau concept de salon ESPRITCUISINE qui réunit tous les métiers de l’ameublement et où vous exposerez fin novembre 2021 ?

Le fait de rencontrer des distributeurs de meubles qui avaient un intérêt certain pour la cuisine mais qui ne savaient pas comment s’y prendre. Grâce à l’organisation, on a créé notamment un livre de cuisine avec les douze recettes pour bien réussir une cuisine : la bonne découverte du client, les bons logiciels pour dessiner, les problématiques d’ergonomie… 

L’objectif de participer à ESPRITCUISINE n’est pas forcément de faire de business, car on a rien à vendre, nous sommes un équipementier donc on fournit nos composants aux fabricants de meubles. Mais plutôt de sensibiliser les futurs vendeurs de cuisines aux propriétaires de magasins de cuisine sur l’importance de tous les composants qu’il y a à l’intérieur du meuble, et de ne pas traiter, comme dans le meublant, uniquement l'esthétique. Nous avons une certaine connaissance, une vision de ce qui se fait dans la cuisine, donc on peut aider ou accompagner les futurs vendeurs de cuisine sur les critères importants pour démarrer cette activité. 

 

Quels sont vos objectifs de développement de business additionnel sur ESPRITCUISINE, que ce soit avec vos clients spécialistes cuisine, les magasins de meubles ou les architectes et décorateurs d’intérieur, les promoteurs ou le monde de l’hôtellerie ?

Notre objectif est de faire connaître Blum à un public qui ne le connaît pas bien aujourd’hui, que sont les négoces d’ameublement. Mais aussi parce que le cadre, l’ambiance, tout ce qui a été fait dans ESPRITMEUBLE nous plaît beaucoup : cette convivialité, cette proximité, ces bars ouverts, gratuits. C’est un salon qui est très chaleureux, et sur lequel on a plaisir à se rendre. 

À lire aussi …
Entretien avec Patrick Prigent, président de la FNAEM (Fédération du Négoce de l’Ameublement et de l'Équipement de la Maison)
Mardi 09 mars
[RE]TROUVAILLES 2021 : Une nouvelle édition d’ESPRITMEUBLE !
Mardi 09 mars
3 tendances déco pour 2021 !
Mardi 09 mars

2021 offre son lot de tendances colorées, douces et agréables, pour se concocter un intérieur harmonieux. Que nos journées soient organisées chez nous en télétravail, ou qu’il ressemble à un havre de paix où y passer ses week-ends, une chose est sûre, il est essentiel de s’y sentir bien. 



 



L'indémodable velours



Matière phare du XVe siècle, le velours a réussi son pari de traverser les siècles avec brio. Inventé au Moyen-Âge dans la région du Cachemire en Inde, il connaît ensuite un vif succès en Europe. Depuis, il est parvenu à s’intégrer dans les pièces à vivre, comme au cœur des chambres à coucher. Et en 2021, il s’impose à nouveau, grâce à son tissu haut de gamme à intégrer par touches à sa déco, ou sur des pièces phares comme les canapés et fauteuils. 



 



Le terrazzo et ses couleurs minérales



Au départ, le terrazzo est un matériau de sol composé de plusieurs fragments polis de pierres naturelles, de marbre coloré et de ciment. Il trouve son origine à l’Antiquité, et porte le nom d’un commune italienne de la province de Vérone. Il est également parvenu à traverser les âges, après un franc succès dans les années 20 puis au début des années 90. Aujourd’hui, ce matériau prisé se décline en objets de design comme en touches à parsemer chez soi. 



 



Des meubles avec des courbes pour adoucir son intérieur 



Ce n’est plus un secret, fauteuils et canapés sont les pièces maîtresses d’une pièce à vivre. En 2021, le “Squircle” - mot anglais issu de la combinaison de « square » (carré) et « circle » (rond) - et ses formes arrondies s’impose comme une évidence. Pas seulement à travers ses douces assises, car le “Squircle” peut se décliner à travers étagères, miroirs, tables ou chaises. Le mot d’ordre, vous l’aurez compris, des courbes pour harmoniser son intérieur. 

Quel bilan pour le marché du meuble en 2020 ?
Mardi 09 mars