Toutes nos actualités

Entretien avec Patrick Prigent, président de la FNAEM (Fédération du Négoce de l’Ameublement et de l'Équipement de la Maison)
Mardi 09 mars

Après une année 2020 marquée par deux confinements, le bilan est bien meilleur qu’on pouvait le craindre pour le milieu de l’ameublement. Les français ont eu le temps de mesurer leur inconfort, et de prendre conscience de l’importance donnée à leur intérieur. “L’accélération de la digitalisation, une fréquentation accrue des points de vente entre les confinements ont permis d’amortir largement les effets de la crise” explique Patrick Prigent. Entretien avec un spécialiste du secteur. 



 



Quelle est la situation de vos adhérents aujourd'hui ? Connaissent-ils une hausse ou une baisse d'activité ? Quel est actuellement l'état des magasins de meubles ? 



Les magasins d’ameublement ont dû faire face à trois mois de fermeture complète qui ont forcément obéré leur chiffre d’affaires, mais certains ont pu limiter cette baisse par une politique digitale forte, avec la vente en ligne, le click & collect… L’appétence de nos compatriotes pour leur intérieur et leur confort, renforcée par de longues périodes de confinement à domicile, a permis de rattraper, à la réouverture des magasins, une partie du chiffre perdu. La reprise du marché est perturbée par des délais de livraison rallongés et de fortes augmentations du prix de matières premières que nous devons répercuter sur nos prix de vente.



 



Comment se portent les magasins moyens et hauts de gamme ? De quelle façon se sont-ils adaptés et comment s'en sortir aujourd'hui ? 



Pour les magasins moyens et haut de gamme plus encore que pour les autres, voir un produit, le toucher, l’essayer dans le cas d’un salon, d’une literie, est primordial, irremplaçable. La digitalisation, qui a connu une forte accélération, permet pour ceux-là de préparer la vente en magasin, par une présentation, une valorisation, une configuration en ligne des produits. De préparer également la visite du consommateur de façon optimale, par la possibilité de fixer en ligne des rendez-vous en magasin. 2020 aura été synonyme d’une forte accélération de la digitalisation des points de vente, et d’une montée en puissance du modèle phygital alliant magasins et web.



 



Selon vous, quels sont les enjeux de cette nouvelle édition d’ESPRITMEUBLE pour les distributeurs? 



Voilà deux années que nous nous passons de la présentation de nouvelles collections, ou dans des conditions restreintes. La nouveauté est toujours un enjeu important pour dynamiser le marché, les équipes de vente. Mais ESPRITMEUBLE c’est aussi, avant tout, un endroit où nous nous rencontrons, nous échangeons. Cette année je dirais même : où nous nous retrouverons.

[RE]TROUVAILLES 2021 : Une nouvelle édition d’ESPRITMEUBLE !
Mardi 09 mars

Une nouvelle édition d’ESPRITMEUBLE vous accueillera du 20 au 23 novembre 2021 à Porte de Versailles. Après un rendez-vous manqué en 2020 dû à un report nécessaire lié à la crise sanitaire, cette 9e édition 2021 sera marquée par des retrouvailles festives, inspirantes et productives en business. 



Cette édition promet d’ores et déjà de belles retrouvailles, autour de nos exposants, qui ont déjà, à 92%, réaffirmé leur présence pour l’évènement de 2021. Tout comme les acteurs d’ESPRITMEUBLE, nous avons hâte de vous retrouver, autour d’échanges et de découvertes. 



[RE]TROUVAILLES 2021, tel est le thème de cet événement de taille. Selon Gaëtan Ménard, Président d’ESPRITMEUBLE “c’est la perspective festive de rassembler une fois de plus la grande famille du meuble pour développer le business… Mais c’est aussi l’envie et le besoin de présenter, découvrir et partager de nouvelles trouvailles qui font avancer nos métiers. “[RE]-TROUVAILLES“ en donc aussi en deux mots pour une belle place aux innovations ! “



 



Ces [RE]TROUVAILLES, ce sont cinq perspectives, cinq espoirs et de nouveaux horizons pour 2021. 



[RE]ACTIVER le business pour le premier grand point de rencontre après un an et demi de distanciation : la priorité absolue pour tous les acteurs !



[RE]UNIR notre profession pour enfin nous [RE]trouver et [RE]sserrer les liens entre les marques et leurs clients distributeurs… avec le sourire !



[RE]AFFIRMER la prise de parole des marques en dévoilant leurs innovations 2021 en [RE]pondant aux nouveaux usages de la maison (travail à domicile, gain de place…) pour permettre aux consommateurs de se [RE]approprier leur intérieur,



[RE]VELER les innovations ! Quoi de mieux que d’effleurer le meuble, de toucher le tissu ou d’essayer le canapé ou la literie ?



[RE]INVENTER le format du salon au-delà des 4 jours de présence physique pour [RE]créer de la visibilité et de l’interaction entre la marque et ses clients au fil de l’année par l’hybridation d’ESPRITMEUBLE.



 



Rendez-vous au Hall 1 du Parc des Expositions de Paris Porte de Versailles pour vivre et vibrer ensemble au rythme du salon ESPRITMEUBLE. 

3 tendances déco pour 2021 !
Mardi 09 mars

2021 offre son lot de tendances colorées, douces et agréables, pour se concocter un intérieur harmonieux. Que nos journées soient organisées chez nous en télétravail, ou qu’il ressemble à un havre de paix où y passer ses week-ends, une chose est sûre, il est essentiel de s’y sentir bien. 



 



L'indémodable velours



Matière phare du XVe siècle, le velours a réussi son pari de traverser les siècles avec brio. Inventé au Moyen-Âge dans la région du Cachemire en Inde, il connaît ensuite un vif succès en Europe. Depuis, il est parvenu à s’intégrer dans les pièces à vivre, comme au cœur des chambres à coucher. Et en 2021, il s’impose à nouveau, grâce à son tissu haut de gamme à intégrer par touches à sa déco, ou sur des pièces phares comme les canapés et fauteuils. 



 



Le terrazzo et ses couleurs minérales



Au départ, le terrazzo est un matériau de sol composé de plusieurs fragments polis de pierres naturelles, de marbre coloré et de ciment. Il trouve son origine à l’Antiquité, et porte le nom d’un commune italienne de la province de Vérone. Il est également parvenu à traverser les âges, après un franc succès dans les années 20 puis au début des années 90. Aujourd’hui, ce matériau prisé se décline en objets de design comme en touches à parsemer chez soi. 



 



Des meubles avec des courbes pour adoucir son intérieur 



Ce n’est plus un secret, fauteuils et canapés sont les pièces maîtresses d’une pièce à vivre. En 2021, le “Squircle” - mot anglais issu de la combinaison de « square » (carré) et « circle » (rond) - et ses formes arrondies s’impose comme une évidence. Pas seulement à travers ses douces assises, car le “Squircle” peut se décliner à travers étagères, miroirs, tables ou chaises. Le mot d’ordre, vous l’aurez compris, des courbes pour harmoniser son intérieur. 

Quel bilan pour le marché du meuble en 2020 ?
Mardi 09 mars

Les chiffres de 2020 publiés par l’Institut d'études spécialisé sur le marché du meuble et de la décoration (IPEA) ce 9 mars offrent un regard optimiste sur le secteur. La vente de meubles n’a connu en effet une baisse que de 4,8% sur l’année 2020. La situation sanitaire et ses conséquences ont replacé l’habitat au centre des préoccupations des ménages. Malgré deux confinements ainsi que des phénomènes de rupture des stocks et de la chaîne logistique, des matières premières et des industriels en peine de production et donc de livraison qui ont vu les enseignes fermer leurs portes, le secteur est parvenu à limiter les pertes. De surcroît, certains secteurs, comme le jardin, ont connu une hausse, favorisée par un engouement de prendre soin de son extérieur. 



 



Un choix de mobilier plus haut de gamme 



Les périodes de confinement, qui ont contraint les français à passer plus de temps chez eux, ont remis en question leurs besoins en termes de confort d’ameublement. Ainsi, les enseignes de l’ameublement milieu–haut de gamme et les spécialistes profitent de la volonté des ménages de mieux s’équiper, ce qui se traduit par des gains de parts de marché de respectivement 0,4 et 0,9 point. Le prix n’est ainsi plus systématiquement une préoccupation fondamentale des ménages qui cherchent avant tout un produit plus confortable que celui déjà en leur possession . Ces circuits baissent uniquement de 3,2% en 2020 en valeur sur l’exercice mais sont parvenus à enregistrer des croissances à deux chiffres sur ses deux marchés majeurs que sont le meublant et les sièges rembourrés entre les deux périodes de confinement. 



 



Profiter d’un extérieur aménagé 



Pour ceux qui ont la chance de pouvoir bénéficier d’un extérieur - balcon, terrasse ou encore jardin - en profiter à défaut d’être à l’extérieur de chez soi lors des confinements a poussé les consommateurs à aménager cet espace extérieur. Ainsi, le secteur des meubles de jardin est le seul à connaître une hausse sur l’année 2020. Et pas des moindres, avec une augmentation des ventes de 4,2%, ce qui lui permet de passer la barre des 550 millions d’euros de mobilier vendus. Dès le début du premier confinement, les ménages ont donc investi sur ces produits. Certains acteurs de la vente en ligne ont ainsi multiplié leur chiffre d’affaires par plus de deux au cours du mois d’avril. De surcroît, contrairement à d’autres produits, le meuble de jardin n’a pas connu de problématiques de stocks, ces derniers ayant été constitués juste avant le confinement. 



 



Retrouver du confort chez soi 



En passant du temps chez eux, les français ont davantage réalisé l’importance d’y être bien. Profiter d’un intérieur confortable et agréable, en remettant notamment le canapé au centre des besoins de son intérieur. Ainsi, les spécialistes du salon ont enregistré de bons résultats depuis la fin du premier confinement. Comme l’explique le bilan d’IPEA, “comme tous les ans également, le marché aura été un marché à deux vitesses avec de meilleures performances tout au long de l’année des canapés et fauteuils et des résultats plus en retrait de la banquette à laquelle les consommateurs préfèrent maintenant le canapé convertible.” Tout en notant certaines problématiques de stocks rencontrées par certaines enseignes, ce produit étant encore massivement importé. 



 



Le e-commerce se fait une place de choix 



La digitalisation du secteur s’est accélérée avec la fermeture des enseignes, puis la réticence, au départ, de retourner à nouveau en magasin. Les ventes en ligne ont ainsi progressé de plus de 25% en 2020. La literie fait partie de ce marché avec une progression des ventes de 4,8 %. “Les matelas et sommiers étaient déjà parmi les premiers produits meubles vendus en ligne avant les confinements et, pour de nombreux consommateurs, cela n’a pas été un obstacle de ne pas pouvoir se rendre en magasin pour renouveler leur literie” précise l’étude d’IPEA. “Le repère de marque compense le fait d’essayer le produit, tout comme les petits prix pratiqués et souvent barrés proposés en ligne” poursuit l’étude.



 



La digitalisation est en effet l’objectif pour 2021, pour maintenir le lien avec une clientèle de plus en plus portée par ce modèle d’achat. Le digital doit en effet être un levier pour accompagner le consommateur de son projet à sa concrétisation, grâce aux nombreux outils qu’offre le numérique, et qui ont été mis en lumière en 2020.

En 2020, le secteur de la literie tire son épingle du jeu
Mercredi 07 avril

Après un premier bilan publié par l’Institut d'études spécialisé sur le marché du meuble et de la décoration (IPEA) le 9 mars dernier, celui-ci a dévoilé ce 23 mars les chiffres du secteur de la literie. Si, à l’image de nombreux domaines de l’ameublement, la situation sanitaire a rendu le secteur très instable, la literie est parvenue à tirer son épingle du jeu, malgré plusieurs mois de fermeture. Mieux, “les deux premiers mois de l’année 2021 montrent toujours de belles progressions avec une fréquentation soutenue” précise l’étude de l’IPEA. 



Une baisse contenue malgré plusieurs mois de fermeture



Les spécialistes de la literie ont constaté, pour l’année 2020, une baisse limitée de -0,8%. Celle-ci est en effet à souligner, car une diminution de cet ordre ne fait pas partie des habitudes du secteur. Effectivement, le choc le plus important est la baisse des ventes de la literie de la Grande Distribution Ameublement (Ikea, Conforama, But), qui possède une part importante de marché. Cette baisse, de -13,4% s’explique par des fermetures de magasins et des ruptures de stocks. De surcroît, la crise sanitaire a privilégié, pour les ménages, l’aménagement de leur intérieur, sans pour autant mettre un point d’honneur à changer leur literie. Pour ceux dont ça a été le cas, les literies de 160 cm et plus ont été privilégiées, avec près de 40% de ventes de matelas en valeur. 



Pourtant, à l'issue des deux premiers confinements, en juin et décembre dernier, la progression des ventes de literie a connu un pic des ventes de 40%. Comme l’explique l’étude IPEA, “l’année 2020 se termine par une baisse des ventes de -4,8% sur l’ensemble du mobilier et de -7,6% pour les ventes de literie” malgré plusieurs mois de fermeture. Ce sont au total plus de 3,7 millions de matelas qui ont été vendus en 2020 avec, comme le développe l’étude, une nette amélioration du panier moyen.



La digitalisation du secteur se poursuit



Les acteurs du e-commerce ont enregistré les meilleures progressions pour le secteur de la literie sur l’année 2020, avec une évolution des ventes de 4,8%. En tête des ventes en ligne, les matelas et sommiers, qui faisaient déjà partie des produits les plus achetés par les consommateurs sur internet avant la crise sanitaire. Ainsi, ne plus pouvoir se déplacer en magasin, et acheter en ligne sans essayer la literie n’a pas constitué de frein particulier pour les consommateurs. 





Ceux qui résistent le mieux sont les enseignes de l’ameublement milieu-haut de gamme dans ce secteur. L’étude menée par IPEA conclut en effet qu’une « récente étude menée par l’Institut de la Maison - IPEA pour Sofinco Partners montre que le secteur de la literie est bien placé au sein des secteurs de l’habitat sur la digitalisation du parcours d’achat ». De quoi continuer à impulser le domaine, tandis que la crise sanitaire met plus que jamais en lumière un besoin de confort, chez soi.

Décoration : quelle est la couleur pantone 2021 ?
Mercredi 07 avril

Chaque année, LA référence mondiale des nuanciers dévoile en fin d’année la ou les couleurs qui symboliseront l’année à venir. Depuis 20 ans en effet, l’institut américain Pantone donne le la en matière de couleurs pour la décoration.



Si 2021 a déjà débuté, l’année est placée sous le signe du duo gris « Ultimate » et le jaune « Illuminating », qui laissent la place au “Classic Blue” de 2020. 



Deux couleurs et des espoirs pour 2021



Cette fois, Pantone propose non pas une, mais deux couleurs pour symboliser 2021, et décorer votre intérieur. Une association qui peut paraître surprenante de prime abord, mais qui, finalement, se décline parfaitement. En 2020, Pantone décrivait sa couleur comme un bleu “rassurant, plein de calme et de confiance”. Pour 2021, la directrice exécutive du Pantone Color Insitute précise que ce duo gris et jaune, « l’union de la nuance éternelle Ultimate Gray avec le jaune vif Illuminating exprime un message positif et intrépide. Pratique et inébranlable, mais à la fois chaleureuse et optimiste, cette association de couleurs nous apporte résilience et espoir. Nous avons besoin de nous sentir encouragés ; cela est essentiel à l’esprit humain ». De quoi redonner espoirs et baume au cœur… Au moins à nos intérieurs !



Le mariage du jaune et gris 



Donner du pep’s à son intérieur grâce à la lumière qu’offre le jaune, tout en canalisant sa luminosité avec le gris, tel est le pari de 2021 en matière de décoration. Pourquoi pas imaginer du mobilier jaune sublimé par des murs gris, ou encore, d’agrémenter son intérieur à l’aide de ces touches colorées. Le gris permet ainsi de jouer avec une atmosphère qui se voudra cosy et élégante, à la fois discrète et chaleureuse. Il se marie, ainsi, non seulement avec le jaune, mais aussi avec le beige, le blanc, ou encore le bleu. 



Ces couleurs sont aussi une référence côté mode, mais pas seulement. La décoration peut se décliner à l’infini, de votre intérieur, extérieur, coin jardin… jusqu’au thème de votre mariage ! 

 

Entretien avec Pascal Meyer et Paul Rom, du fabricant de fauteuils et canapés ROM AG
Vendredi 09 avril

Société familiale depuis 60 ans, ROM AG fait partie des leaders de fabricants de fauteuils et canapés sur le marché français. Depuis 10 ans, ROM AG s’est spécialisé dans le canapé sur-mesure personnalisable à 10 cm près, ce qui lui a permis de se différencier par rapport aux autres acteurs du marché de l’ameublement. Présent sur le salon ESPRITMEUBLE depuis ses débuts, ROM AG sera l’un des fabricants à retrouver porte de Versailles, du 20 au 23 novembre prochain. 



Quelle est votre vision du marché dans un contexte marqué par la crise sanitaire ? 



Les chiffres nous montrent bien qu’on est un secteur privilégié, nous pouvons en être très reconnaissants. Ce qui nous préoccupe le plus, c’est ce qui se passera après cette crise, parce que l’avenir évolue toujours plus rapidement, tout est de moins en moins prévisible, et la crise actuelle accélère cette évolution. Finalement, que ce soit le secteur, l’industrie, le commerce, aurons-nous le courage et les ressources nécessaires pour nous adapter à une réalité qui change de plus en plus rapidement, pour finalement nous réinventer ? C’est la grande question que nous nous posons, et que tout le monde doit certainement se poser. 



Comment vous préparez-vous à ce nouveau reconfinement ?



La digitalisation de notre secteur d’activité n’est malheureusement pas encore assez prégnante. Nos partenaires revendeurs ne sont pas encore suffisamment sur la digitalisation des points de vente. Certains groupements ont réussi à faire des showrooms virtuels qui peuvent répondre à leurs consommateurs, mais ce n’est pas encore très bien ancré dans la culture de notre segment. On ne voit pas encore assez le moyen de réaliser des ventes car nos marchands et leurs clients ont peur de faire des paniers trop élevés sur internet. Notre secteur d’activité n’est pas encore prêt. 



Nous sommes relativement connus pour être en avance dans le secteur digital dans notre groupement stationnaire, et, avec tout ce qu’on a appris, ce que nous voulons faire et ce qu’on attend de nous certainement, est de créer des solutions pour aider nos clients stationnaires, pour qu’ils puissent vendre, commercialiser et exister de manière beaucoup plus digitale. C’est un grand projet chez nous, lourd aussi, qui va nous prendre un an ou deux. 



Parlez-nous de vos actualités 



Ça fait 60 ans que nous existons, avec une marque connue dans le secteur, mais inconnue du particulier. Nous avions de très bonnes raisons de jouer la carte des labels de nos clients. Avec tout ce qu’on a vécu ensemble, nous réalisons que l’importance d’une vraie identité qui est vraiment comprise par le consommateur devient évidente. Si nous voulons, en tant que fabricant dans notre segment de qualité supérieure, être bien perçus et bien compris, une marque forte devient essentielle. Nous avons trouvé un concept qui va démarrer dans quelques semaines, celui de commercialiser notre marque de manière très sélective d’une part, et de continuer de travailler quand même avec tous les distributeurs que nous avons actuellement sur le territoire français. Nos partenaires distributeurs joueront vraiment un rôle central. C’est un moment charnière dans notre histoire d’aller vers le consommateur, ensemble, avec les distributeurs. 



Ce qui nous a vraiment confortés après le premier confinement, c’est que nous n’étions pas vraiment en contact ni avec le consommateur, ni avec nos partenaires. On s’est dit qu’il fallait absolument entrer en dialogue avec eux pour les sensibiliser à nos produits et préparer leurs achats. C’est ce que nous allons faire via les réseaux digitaux. 



Quel est le rôle d'ESPRITMEUBLE dans votre développement ? Et plus généralement, pour le secteur du meuble ? 



ESPRITMEUBLE est devenu, pour nous, le rendez-vous français incontournable de l’ameublement. On expose depuis la première heure, et on a vraiment vu l’évolution du salon ces dernières années. C’est une date qui détermine aujourd’hui le lancement de toutes nos innovations, de nos créations. C’est également un élément majeur pour l’ensemble du secteur de l’ameublement français. Il est important d’avoir un rendez-vous national pour montrer tout le savoir-faire de notre industrie, et prouver à quel point notre profession peut être dynamique et innovante.



Un salon comme ESPRITMEUBLE est un miroir de l’activité du meuble en France, où l’on y voit les forces et les faiblesses du secteur. En voyant cela, on a envie de réagir, et ceux qui y sont en tant que visiteurs comme exposants sentent ce potentiel et ils ont envie d’y répondre. Nous sommes sûrs que si les gens qui n’y sont pas encore aujourd’hui comprenaient l'importance de ce miroir pour le marché, nous serions encore plus nombreux à y participer. 

ESPRITMEUBLE officialise ESPRITCUISINE
Jeudi 15 avril

Pour son édition 2021, ESPRITMEUBLE dévoile ESPRITCUISINE, le nouveau rendez-vous des pros de la Cuisine à l’occasion des [RE]trouvailles de la grande famille de l’ameublement.



 



ESPRITMEUBLE capitalise sur les synergies initiées lors de sa dernière édition et officialise ESPRITCUISINE, le nouveau secteur fort du salon, qui vient rejoindre les métiers du meuble, du siège, de la literie et de la décoration pour attirer encore plus de visiteurs et augmenter les opportunités de business pour tous les acteurs.Cette 9e édition 2021, placée sous le thème des [RE]trouvailles, sera pleine de surprises et se déroulera du samedi 20 novembre au mardi 23 novembre Hall 1 - Porte de Versailles - sur 40 000m².



 



LA CUISINE REJOINT LA GRANDE FAMILLE DU MEUBLE !



 



Véritable Salon dans le Salon, ESPRITCUISINE, ce sont des meubles de cuisine bien sûr, mais aussi de l'électroménager, des équipementiers (quincaillerie, options, éclairages), des enseignes, des services (planner informatique, plateforme services, recrutement, formation…), ainsi que des plans de travail, de la crédence, de la robinetterie… 



 



L’objectif pour les exposants : 



- [RE]cruter de nouveaux clients cuisinistes, 



- Promouvoir leur innovation,



- Identifier de nouveaux clients chez les multi-spécialistes ameublement en recherche de diversification et d’optimisation de leurs offres commerciales



- [RE]ncontrer les architectes, décorateurs d’intérieurs, promoteurs immobiliers. 



 



L’objectif pour les visiteurs : 



- [RE]découvrir les grandes marques de l’univers de la cuisine et leurs innovations,



- Identifier les nouvelles tendances de la maison



- [RE]ncontrer les fournisseurs additionnels (table, chaises, compositions, siège…)



- Préparer l’ouverture de leurs magasins. 



 



Une nouveauté de taille pour les pro de l’ameublement, avec de grandes marques qui ont déjà confirmé leur présence et ont ainsi rejoint la grande famille du meuble dont 2020 TECHNOLOGIES, AFPIA, AMICA, ASKO, ARMONY, BLUM, CUISINES REFERENCES, BRANDT, CONCEPTEUR VENDEUR, CREALIGNE, DARTY CUISINE, DE DIETRICH, EBERHARDT, ELICA, FALMEC, LA FABRIQUE, GESTEOS, INSPI, HETTICH, LE CHAI, LE BON CUISINISTE, LIEBHERR, MSA, RAISON HOME, SAUTER, SFG, SFL, SNEC, WIPOZ!...



 



ESPRITMEUBLE 2021 promet d’être à nouveau le rendez-vous incontournable des professionnels de l’ameublement, à travers 300 marques, réparties sur les 4 secteurs10 000 visiteurs sont attendus au cœur de la famille du meuble.



 



Les acteurs d’ESPRITCUISINE découvrirons donc la convivialité et l’ensemble des services si uniques à ESPRITMEUBLE où tout est offert aux visiteurs : l’entrée, le petit-déjeuner, la restauration, les boissons, les vestiaires, le catalogue… Le lundi soir, le salon accueillera l’ensemble des acteurs de l’Ameublement pour le traditionnel GRAND APÉRO, qui réunit 2 500 personnes dans un esprit d’échange et de partage. Sans oublier les happy hours du samedi et du dimanche soir ! De très bons moments à partager !



 



Rendez-vous du samedi 20 au mardi 23 novembre 2021 !

Entretien avec Christian Sarrot, secrétaire général du SNEC (Syndicat National de l'Equipement de la Cuisine)
Vendredi 23 avril

Le SNEC, seule organisation professionnelle au service exclusif des professionnels de la cuisine équipée sur-mesure réunit l’ensemble de la filière. Une famille de métiers qui s’étend des fabricants de cuisines, aux distributeurs (avec ou sans enseigne), les équipementiers (électroménager, charnières, prises et éclairages, plans de travail…) aux membres associés (cabinets de recrutement, éditeurs de logiciels, centres de formation…).



Pour sa nouvelle édition 2021 et pour la seconde fois, ESPRITMEUBLE propose aux visiteurs ESPRITCUISINE, un secteur fort du salon, véritable carrefour des professionnels de l’habitat. Entretien avec un spécialiste de la question. 



 



Quelle est la situation de vos adhérents cuisinistes sur le premier trimestre 2021 dans ce contexte si particulier ?



Malgré la fermeture des magasins « non essentiels » en raison de la pandémie de Covid-19 en 2020, le secteur de la cuisine équipée sur mesure a connu une hausse de 6,2% de son C.A. L’explication : Il y a eu véritablement une prise de conscience des consommateurs qu’il était indispensable de réaménager son habitat (dressing, rangement) - notamment en centre urbain- en raison des confinements successifs et la pièce-cuisine en particulier par l’obligation du télétravail.



Les années précédentes avec le retour du « cocooning », l’envie d’aménager son intérieur, se retrouver entre amis et bien sûr cuisiner avait fait de la pièce-cuisine, la préférence des français. Remplaçant l’automobile, la cuisine est devenue vitrine « sociale » où l’on investit le plus.



En 2021, la tendance se poursuit mais avec, pour nos professionnels, les difficultés d’approvisionnement des matières premières (bois, acier,…).  



C’est un secteur d’activité qui recrute avec une demande de 3 000 postes en 2021, offrant un CDI à l’embauche et une véritable carrière professionnelle. Tout individu (jeune, en reconversion ou pôle-emploi..) intéressé par la décoration d’intérieur et la vente peut postuler.



 



Quelles opportunités constitue l’unification des différents métiers de l’Habitat sur un seul salon selon vous pour les spécialistes cuisine ?



Le SNEC a vocation à participer à tous les événements où la pièce-cuisine est représentée afin de promouvoir les métiers et le sérieux des professionnels présents.



Lieu stratégique de l’appartement ou de la maison, la pièce-cuisine est l’ouverture sur les autres pièces (salon, chambre parentale, chambre des enfants, dressing, rangement…) donc nécessairement attire les professionnels du meuble-meublant.



Au vu de son succès, les professionnels-distributeurs de meubles s’y intéressent et nombreux d’entre eux, proposent aujourd’hui dans leur surface, un espace-vente de cuisines ou un magasin sous enseigne mais attention, il faut préalablement en appréhender tous les métiers. 



Sur ESPRITMEUBLE avec ses espaces comme ESPRITSOMMEIL et ESPRITCUISINE, c’est l’occasion de proposer aux visiteurs, une offre originale globale (meubles, literie, luminaires et cuisines…) de l’habitat et de facto, une fantastique source d’inspiration et de commerce. 



 



Quels sont les enjeux de ce nouveau Salon ESPRITCUISINE pour les exposants selon vous ?



Ce qu’incarne ESPRITMEUBLE pour tous les professionnels, édition après édition, c’est la convivialité des organisateurs avec les bars et restaurants ouverts et gratuits pour tous, les tables-rondes et le « Grand-Apéro », une mise en scène événementielle qui facilite les opportunités d’échanges et de newbusiness. 



Pour ESPRITMEUBLE, cette année 2021 de Re-trouvailles est donc particulière et fortement attendue par tous les professionnels de l’habitat : s’éloigner du virtuel et Re-trouver ces possibilités de rencontres, d’échanges sur de nouveaux  territoires et créer de nouvelles passerelles.



Pour les exposants d’ESPRITCUISINE, l’enjeu est de faire connaître et promouvoir la richesse du (des) métier(s) de la cuisine équipée sur mesure à d’autres professionnels.



Le secteur de la cuisine équipée sur mesure se doit d’être dynamique, innovant, de s’enrichir de tout ce qui se fait en Europe et par le monde notamment en matière de protection environnementale (recyclage, colles, bois, laques…) afin d’anticiper, au mieux, les futures demandes et exigences des consommateurs.

Entretien avec Franck PELLE, Président du Directoire d’Eberhardt
Mercredi 05 mai

Multi-spécialiste dans l’univers de l’électroménager, Eberhardt est l’un des grands distributeurs de marques européennes du secteur, depuis près d’un demi-siècle. Plusieurs marques spécialistes se complètent dans une même cuisine : Liebherr pour la partie froid, Asko pour tout ce qui concerne le lavage et la cuisson, et Falmec pour l’aspiration dédiée. Cette offre complète, sous trois marques spécialisées et européennes, sera présente du 20 au 23 novembre prochain lors d’ESPRITCUISINE, nouveau secteur fort du salon ESPRITMEUBLE. 



 



Quelles sont vos actualités sur ce début d’année ?



Il y a tout d’abord l’actualité de notre environnement professionnel : le changement d’Energy Label notamment sur le froid qui a généré énormément de contraintes de changements d’expos, en particulier chez les cuisinistes qui exposent souvent du matériel intégrable ou en inox. Il a fallu vendre le matériel rapidement car l’Energy Label changeait, donc les références aussi. 



La deuxième actualité a été une demande toujours aussi forte. Nous devons même comparer nos résultats 2021 à 2019, tant l’année 2020 a été chaotique et ne peut servir de référence. Les cuisinistes sont les mieux servis car chez Eberhardt nous avons appliqué la politique du “premier à commander, premier servi”, quelle que soit la taille du client, sans exception. Les cuisinistes commandent longtemps à l’avance et nous livrons par ordre de priorité des commandes. Cependant, si nous avons été irréprochables jusqu’en novembre 2020, nous subissons désormais des ruptures, par pénurie mondiale de matières premières et composants.



Nous avons aussi des actualités produits, pour chaque marque. Pour Liebherr, toute la gamme intégrable a été changée début 2021 sans aucune exception, et nous avons reçu un très bel accueil auprès notamment des cuisinistes. Pour Falmec, nous avons eu le déploiement de la technologie Circle-Tech qui permet d'être très efficace dans la filtration des graisses et odeurs, et autorise des possibilités esthétiques décuplées. Quant à Asko, nous avons sorti, en niche de 45cm, un four 5 en 1 pour lequel l'accueil des clients est excellent.



 



Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce nouveau concept de salon ESPRITCUISINE qui réunit tous les métiers de l’ameublement et où vous exposerez fin novembre 2021 ?



Ces décisions sur des démarrages sont toujours une question de rencontres. J’ai aussi apprécié la forte remise en question, démontrant une certaine flexibilité, qui est déjà une grande qualité sur un marché désormais si mouvant. Se poser de telles questions est un critère de qualité des organisateurs. Puis j’ai constaté que tout avait été axé sur la convivialité, l'animation, le contact. C’est une profession qui veut s’exprimer, on ne convainc pas avec des mots mais par un rassemblement et des mises en situation. Ça donne vraiment un esprit, qui colle à sa baseline, ESPRITmeuble, un état d’esprit de convivialité, de rassemblement. On est dans la construction de quelque chose de sérieux, sans penser dès le début à ce que ça va nous rapporter, mais plutôt à la philosophie de ce qu’on veut faire. On met bien l’outil au service de l’objectif long terme.



 



Quels sont vos objectifs de développement de business additionnel sur ESPRITCUISINE, que ce soit avec vos clients spécialistes cuisine, les magasins de meubles ou les architectes et décorateurs d’intérieur, les promoteurs ou le monde de l’hôtellerie ?



Le but principal n’est pas d’avoir de nouveaux contacts, mais plutôt de ne plus avoir cette séparation qui a existé beaucoup trop longtemps et qui existe encore parfois, entre “le bois” et l’électroménager. Il y a encore beaucoup de centrales aujourd’hui où l'électroménager se situe dans un département “Accessoires” alors que ça constitue une bonne partie de la rentabilité du magasin. Je ne conçois plus cette séparation pour des raisons commerciales et pragmatiques : je ne vois pas comment on peut créer un endroit harmonieux en s’adressant à deux prestataires  ni comment on peut faire évoluer nos propres produits hors de la sphère cuisine. C’est nous les fournisseurs qui allons manquer d’imagination si on ne pose pas nos produits, en situation, dans des cuisines pour voir quel en est le véritable rendu. 



La rencontre est importante à ESPRITCUISINE, mais elle a lieu dans les deux sens : aux cuisinistes de se dire “je ne vois pas comment je peux vendre un univers harmonieux sans m'être soucié de l'électroménager”, et aux fournisseurs de répondre “comment puis-je faire évoluer mes produits correctement si je ne les mets pas en situation dans une cuisine, comme c’est le cas sur le salon”. 



 



Grâce à ESPRITCUISINE, j’aimerais que nous renforcions encore cette proximité, cet échange, avec les cuisinistes. Nous avons besoin de cette expertise mutuelle pour satisfaire l’exigence élevée des consommateurs. 

Entretien avec Christophe CHENU, Gérant de Blum France
Mardi 11 mai

Entreprise familiale, Blum a vu le jour en 1954 en Autriche. Désormais, le multispécialiste compte 8500 collaborateurs, et atteindra bientôt 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Blum est présent dans 120 pays à travers le monde, spécialisé dans la fabrication de charnières, de coulisses, et de solutions pour portes relevables. Une entreprise très spécialisée, avec une gamme peu large mais très profonde. Quant à Blum France, l’antenne existe depuis 1992. Ses 34 collaborateurs ont pour objectifs d’adapter les concepts autrichiens au marché français et d’avoir une proximité physique avec tous ses clients pour répondre au mieux à tous leurs besoins. Entretien avec Christophe Chenu, Gérant de Blum France.



 



Quelles sont vos actualités sur ce début d’année ?



La première actualité de taille est d’arriver à répondre à la demande de nos clients. Le marché est très demandeur puisqu'on est sur des volumes qu’on a jamais vu sur le marché français, avec des augmentations entre 30 et 40% par rapport à 2019 sur l’ensemble des marchés. On essaie de pouvoir répondre à toutes les demandes. 



De fait, on a reporté toutes les commercialisations de nouveaux produits sur 2022 pour se focaliser sur les produits actuels, et pouvoir les livrer en conformité et dans les bons délais. 



Jusqu’à la fin de l’année, on sait que ça va être très soutenu. On a échangé avec des industriels qui ont des carnets de commandes quasiment plein jusqu’au mois d’octobre prochain. C’est bien, mais un peu déroutant, car pour l’instant on ne voit pas de frein à cette suractivité qu’on vit depuis un an, où l’on livre des volumes colossaux chez nos clients. 



De surcroît, nous avions un salon qui devait démarrer le 11 mai, INTERZUM, salon mondial des composants du meuble, qui n’a donc pas eu lieu. Nous l’avons remplacé par “Blum Connect” tout au long de mai et juin, évènement interne sur lequel nos clients peuvent se connecter pour découvrir les nouveautés que Blum va amener sur le marché à partir de 2022. C’est une plateforme digitale qu’on transforme en phygital, en organisant à la fois des rencontres physiques avec nos clients en digital, via teams de manière à les accompagner, à leur expliquer toutes ces nouveautés qui sont en passe d’arriver dans les prochaines années. 



 



Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce nouveau concept de salon ESPRITCUISINE qui réunit tous les métiers de l’ameublement et où vous exposerez fin novembre 2021 ?



Le fait de rencontrer des distributeurs de meubles qui avaient un intérêt certain pour la cuisine mais qui ne savaient pas comment s’y prendre. Grâce à l’organisation, on a créé notamment un livre de cuisine avec les douze recettes pour bien réussir une cuisine : la bonne découverte du client, les bons logiciels pour dessiner, les problématiques d’ergonomie… 



L’objectif de participer à ESPRITCUISINE n’est pas forcément de faire de business, car on a rien à vendre, nous sommes un équipementier donc on fournit nos composants aux fabricants de meubles. Mais plutôt de sensibiliser les futurs vendeurs de cuisines aux propriétaires de magasins de cuisine sur l’importance de tous les composants qu’il y a à l’intérieur du meuble, et de ne pas traiter, comme dans le meublant, uniquement l'esthétique. Nous avons une certaine connaissance, une vision de ce qui se fait dans la cuisine, donc on peut aider ou accompagner les futurs vendeurs de cuisine sur les critères importants pour démarrer cette activité. 



 



Quels sont vos objectifs de développement de business additionnel sur ESPRITCUISINE, que ce soit avec vos clients spécialistes cuisine, les magasins de meubles ou les architectes et décorateurs d’intérieur, les promoteurs ou le monde de l’hôtellerie ?



Notre objectif est de faire connaître Blum à un public qui ne le connaît pas bien aujourd’hui, que sont les négoces d’ameublement. Mais aussi parce que le cadre, l’ambiance, tout ce qui a été fait dans ESPRITMEUBLE nous plaît beaucoup : cette convivialité, cette proximité, ces bars ouverts, gratuits. C’est un salon qui est très chaleureux, et sur lequel on a plaisir à se rendre.