Vendredi 09 avril
Entretien avec Pascal Meyer et Paul Rom, du fabricant de fauteuils et canapés ROM AG

Société familiale depuis 60 ans, ROM AG fait partie des leaders de fabricants de fauteuils et canapés sur le marché français. Depuis 10 ans, ROM AG s’est spécialisé dans le canapé sur-mesure personnalisable à 10 cm près, ce qui lui a permis de se différencier par rapport aux autres acteurs du marché de l’ameublement. Présent sur le salon ESPRITMEUBLE depuis ses débuts, ROM AG sera l’un des fabricants à retrouver porte de Versailles, du 20 au 23 novembre prochain. 

Quelle est votre vision du marché dans un contexte marqué par la crise sanitaire ? 

Les chiffres nous montrent bien qu’on est un secteur privilégié, nous pouvons en être très reconnaissants. Ce qui nous préoccupe le plus, c’est ce qui se passera après cette crise, parce que l’avenir évolue toujours plus rapidement, tout est de moins en moins prévisible, et la crise actuelle accélère cette évolution. Finalement, que ce soit le secteur, l’industrie, le commerce, aurons-nous le courage et les ressources nécessaires pour nous adapter à une réalité qui change de plus en plus rapidement, pour finalement nous réinventer ? C’est la grande question que nous nous posons, et que tout le monde doit certainement se poser. 

Comment vous préparez-vous à ce nouveau reconfinement ?

La digitalisation de notre secteur d’activité n’est malheureusement pas encore assez prégnante. Nos partenaires revendeurs ne sont pas encore suffisamment sur la digitalisation des points de vente. Certains groupements ont réussi à faire des showrooms virtuels qui peuvent répondre à leurs consommateurs, mais ce n’est pas encore très bien ancré dans la culture de notre segment. On ne voit pas encore assez le moyen de réaliser des ventes car nos marchands et leurs clients ont peur de faire des paniers trop élevés sur internet. Notre secteur d’activité n’est pas encore prêt. 

Nous sommes relativement connus pour être en avance dans le secteur digital dans notre groupement stationnaire, et, avec tout ce qu’on a appris, ce que nous voulons faire et ce qu’on attend de nous certainement, est de créer des solutions pour aider nos clients stationnaires, pour qu’ils puissent vendre, commercialiser et exister de manière beaucoup plus digitale. C’est un grand projet chez nous, lourd aussi, qui va nous prendre un an ou deux. 

Parlez-nous de vos actualités 

Ça fait 60 ans que nous existons, avec une marque connue dans le secteur, mais inconnue du particulier. Nous avions de très bonnes raisons de jouer la carte des labels de nos clients. Avec tout ce qu’on a vécu ensemble, nous réalisons que l’importance d’une vraie identité qui est vraiment comprise par le consommateur devient évidente. Si nous voulons, en tant que fabricant dans notre segment de qualité supérieure, être bien perçus et bien compris, une marque forte devient essentielle. Nous avons trouvé un concept qui va démarrer dans quelques semaines, celui de commercialiser notre marque de manière très sélective d’une part, et de continuer de travailler quand même avec tous les distributeurs que nous avons actuellement sur le territoire français. Nos partenaires distributeurs joueront vraiment un rôle central. C’est un moment charnière dans notre histoire d’aller vers le consommateur, ensemble, avec les distributeurs. 

Ce qui nous a vraiment confortés après le premier confinement, c’est que nous n’étions pas vraiment en contact ni avec le consommateur, ni avec nos partenaires. On s’est dit qu’il fallait absolument entrer en dialogue avec eux pour les sensibiliser à nos produits et préparer leurs achats. C’est ce que nous allons faire via les réseaux digitaux. 

Quel est le rôle d'ESPRITMEUBLE dans votre développement ? Et plus généralement, pour le secteur du meuble ? 

ESPRITMEUBLE est devenu, pour nous, le rendez-vous français incontournable de l’ameublement. On expose depuis la première heure, et on a vraiment vu l’évolution du salon ces dernières années. C’est une date qui détermine aujourd’hui le lancement de toutes nos innovations, de nos créations. C’est également un élément majeur pour l’ensemble du secteur de l’ameublement français. Il est important d’avoir un rendez-vous national pour montrer tout le savoir-faire de notre industrie, et prouver à quel point notre profession peut être dynamique et innovante.

Un salon comme ESPRITMEUBLE est un miroir de l’activité du meuble en France, où l’on y voit les forces et les faiblesses du secteur. En voyant cela, on a envie de réagir, et ceux qui y sont en tant que visiteurs comme exposants sentent ce potentiel et ils ont envie d’y répondre. Nous sommes sûrs que si les gens qui n’y sont pas encore aujourd’hui comprenaient l'importance de ce miroir pour le marché, nous serions encore plus nombreux à y participer. 

À lire aussi …
Entretien avec Pierrick CAHOUR, président de Cuisinov
Mercredi 10 novembre
Entretien avec Fabrizio MARCUZ, AERRE ITALIA
Mardi 09 novembre
Entretien avec Marion SEVENO et Laurent PETARD, dirigeants du GRAM
Mercredi 03 novembre
Entretien avec Christophe GAZEL, Directeur de l’IPEA
Jeudi 28 octobre